h1

Accueil

J’ai tenu à créer ce site pour diffuser des informations en français sur cette maladie méconnue, et surtout, pour que d’autres chats et leurs maîtres n’aient pas à vivre ce que Lolita et moi avons vécu. Le contenu de ce site est en quelque sorte une compilation de mes lectures et recherches en anglais sur Internet et de mon expérience personnelle avec Lolita.

L’histoire de Lolita

Un matin de juin 2005, alors que nous vivions encore au Mexique, j’ai vu que Lolita n’était pas dans le lit comme d’habitude. Après l’avoir cherchée partout, j’ai fini par la découvrir cachée dans le fond d’un placard entre les vêtements. Impossible de la faire sortir de sa cachette. On aurait dit qu’elle avait vu un fantôme.

Cet état inquiétant a persisté durant plusieurs jours. Elle demeurait cachée, avait des spasmes sur le dos (un genre d’ondulations ou roulement de la peau du dos), puis elle se mettait à courir dans tous les sens, l’air effrayé et paniqué et elle disparaissait dans son placard de nouveau. Elle passait ses journées le regard dans le vide et avait des moments de folie durant lesquels elle se léchait et se mordait frénétiquement la base de la queue, les flancs, les pattes…

Après environ 3 jours de vains essais pour la distraire de cet état étrange, nous avons consulté un vétérinaire, de plus en plus inquiets. Mon conjoint et moi étions en plein préparatifs pour déménager au Québec et le vétérinaire a conclu à un stress lié au déménagement.

Le cinquième jour, les symptômes ont fini par s’atténuer, puis ont complètement disparu le septième jour. J’étais extrêmement soulagée.

Quelques jours plus tard, nous partions pour le Québec. Lolita a bien supporté le voyage et s’est adaptée à son nouveau foyer immédiatement. Nous étions certains que ce mauvais épisode était derrière nous.

À notre grand désespoir, le cauchemard a recommencé un mois après notre arrivée. Le 4 août, en rentrant chez moi, je découvris Lolita cachée dans le sous-sol, dans un état que je reconnaissais trop bien. Cette fois, elle est demeurée en crise et ça n’a plus jamais arrêté. Elle était méconnaissable et souffrait énormément. Nous l’avons emmenée chez un nouveau vétérinaire et nous avons effectué un bilan sanguin complet afin d’éliminer la majorité des maladies qui peuvent donner de tels symptômes. Ne sachant pas trop ce qu’elle avait, on lui a prescrit Clomicalm, un médicament anti-anxiété/antidépresseur, ce qui semblait, somme toute, logique. Malheureusement, le médicament n’a pas eu les effets escomptés et lui a créé un nouveau problème; elle s’est mise à retenir selles et urine pendant des jours à un point tel qu’elle hurlait de douleur lorsqu’elle réussissait enfin à évacuer. Affolée, j’ai rappelé le vétérinaire qui m’a suggéré de poursuivre le traitement malgré tout. J’ai perdu toute confiance en lui et j’ai préféré demander un second avis.

Nous nous sommes donc rendus dans une nouvelle clinique. Cette fois, on lui a administré un traitement contre les parasites de peau et ensuite contre les allergies, ce qui semblait également assez logique. Malheureusement nous n’avons obtenu aucun résultat de nouveau.

Entretemps, mon conjoint et moi faisions de nombreuses recherches sur Internet, mais avec très peu de succès car nous n’avions que les symptômes comme base et aucun nom de maladie. Nous avons fini par trouver un site en anglais qui parlait du syndrome d’hyperesthésie féline et dont les symptômes concordaient en tout point avec ceux de Lolita. J’ai mentionné cette maladie aux deux vétérinaires, mais ils n’ont pas vraiment pris cette option au sérieux.

J’ai commencé à me sentir vraiment désemparée. J’étais de plus en plus certaine que c’était ce dont souffrait Lolita. Nous avons trouvé, par le biais d’Internet, un vétérinaire en Californie qui semblait bien connaître ce syndrome et son traitement. Il nous a confirmé qu’il était très probable que Lolita en soit atteinte et nous a suggéré un traitement à la cortisone combiné avec des médicaments contre les douleurs. Il me disait cependant que le plus difficile serait de trouver un vétérinaire qui accepterait de la traiter ainsi.

Pendant ce temps, l’état de Lolita ne s’améliorait pas. Nous passions des nuits blanches à la voir courir dans tous les sens et souffir. Parfois, elle avait des attaques si violentes et son coeur battait si vite et si fort que je croyais qu’elle mourrait. D’ailleurs, j’ai perdu espoir à plusieurs reprises et j’ai souvent pensé qu’elle ne pourrait pas vivre longtemps ainsi. Je n’arrivais pas à me résigner à la perdre ni à la voir vivre dans cet état, elle qui était un chatte si affectueuse et joyeuse avant.

Un soir, alors que je ne voyais plus aucune issue possible et que j’étais profondément découragée, une amie m’a parlé d’une vétérinaire qui pratique dans une ville située à une heure de chez moi. Elle l’a appelée et lui a parlé de Lolita. Il s’est avéré qu’elle connaissait la maladie, et, coup de chance incroyable, elle revenait tout juste d’un congrès de vétérinaires au cours duquel on avait parlé de cette maladie. Il existait un nouveau traiement: la gabapentine (Neurontin), un médicament contre les douleurs neurologiques.

Nous nous sommes rendus à sa clinique et nous avons débuté ce traitement. Nous avons immédiatement vu une amélioration, mais les crises continuaient et elle avait toujours de très mauvaises périodes. De plus, le cas de Lolita est très grave. Elle était sévèrement atteinte. Après deux semaines, nous avons combiné la gabapentine avec de la cortisone et son état a continué à s’améliorer.

Après plusieurs semaines nous avons arrêté la cortisone. Elle avait toujours des hauts et des bas mais son était général était assez bon. Elle suit ce traitement depuis maintenant neuf mois et son état n’a jamais cessé de s’améliorer.

Ajourd’hui, elle a encore de légères crises, mais elle ne se cache plus, elle ronronne de nouveau et mène une vie de chat heureux.

Lolita vient tout juste d’avoir trois ans et demi et son état s’améliore toujours, au fil des mois. Elle est encore sous médication et nous avons noté une baisse de globules blancs, probablement un effet secondaire du médicament. Je ne sais toujours pas si elle pourra un jour arrêter de prendre son traitement, mais elle fait une vie normale, avec de bons et de mauvais jours.

Je ne saurai jamais assez remercier cette vétérinaire qui a été extraordinaire et qui m’a encouragée à persister. Sans elle, je crois que Lolita ne serait plus avec nous.

Enfin, j’aimerais préciser que l’hyperesthésie féline est une maladie qu’on ne peut diagnostiquer que par élimination. Il existe plusieurs maladies qui peuvent donner des symptômes similaires. Je ne serai jamais tout à fait certaine que c’est la maladie dont souffre Lolita, mais n’ayant découvert rien d’autre jusqu’à maintenant, le traitement qu’elle suit est le plus approprié.

Publicités

14 commentaires

  1. ça n’a pas du etre facile!
    J’ai un petit garçon épileptique, et meme si il prend un bon traitement, on n’ est jamais surs de rien…Il peux à tout moment échapper à son traitement…J’espère que tout ira bien pour ton gros minou et surtout bon courrage!
    Biz
    Le smirnouff
    http://britaniesmith.skyblog.com


    • Bonjour
      C’était la première fois que j’entendais parler de ce trouble..
      Mon chat, n’est pas comme le vôtre, c’est vraiment moindre par rapport à vous.!

      C’est un char nu, de 1 an, je l’ai eu à 4 mois.
      Il déteste qu’on lui caresse le dos et fuit cette caresse, donc les gens qui ne le connaissent pas ne peuvent pas le toucher.
      C’est un chat très collant,qui est tjs à la recherche du contact de ses maîtres( il se love dans nos peignoirs au contact peau, dans notre coup ( sur nos épaules)..) mais avec un fort caractère, il aime être poupouné quand il le désire, jamais sur le dos, mais vraiment que quand il le veut.Par contre il est tjs avec nous ou dans la même pièce dans un polaire.
      Si on le touche quand il le veut pas, il mieule comme une petite plainte, si on insiste il se lève va à 1 mètre de nous et revient au même endroit, 3 ou 4 minutes après…
      Il s’immobilise et se couche dès qu’on tapote comme une fessée ses cuisses…..il déteste et aime à la fois c’est bizarre…
      À ses 8 mois, nous sommes partis en vacances 15 jours, c’est mon fils de 19 ans qui vit à la maison qui l’a gardé..à mon retour il avait fait une crise carabinée d’allergie (le ventre et le cou et les cotés)…je l’ai soigné pas antibio et cortico, mais 3 jours après l’arrêt du traitement ça a un peu récidivé..alors re traitement..puis il c’est mis a tjs resté une petite plaque rouge d’allergie, genre petite plaie, elle change de place et dès qu’il y en a plus d’une, je lui donne un atopica qui arrête momentanement la crise.
      Cette allergie au départ a été due au stress de notre départ + le fait que ce sont des chats qui transpirent et mon fils n’a pas lavé le polaire ou il dort et peut être en plus des piqûres de puces, car j’ai 3 autres chats de gouttière.

      Donc, voici mon histoire, j’ai parlé de son problème de carressage de dos à ma veto, comme elle est osteo elle l’a manipulé, mais ça n’a rien donné…
      Votre article m’a intéressée, car mon chat ne supporte pas qu’on touche son dos, le bouche bizarrement ( plies , ça se voit bien sans poil) il se lave très fréquemment apres qu’on le touche, il a des allergies récidivantes et des moments de frénésies désordonnées, même si dans ces moments je ne pense pas qu’il souffre.

      Vous en pensez quoi?
      Merci de m’avoir lu.


  2. Bonjour,

    Peut-être pourrez vous m’aider. Il y’a 1 an j’ai récupéré un siamois qui était abandonné et à priori maltraité. Il été dans un sale état, il avait la peau sur les os, une balafre au niveau de l’aisne et avait peur du moindre bruit ou geste.
    Malgré tout, nous avons réussi à le rassurer et l’apprivoiser. Nous l’avons amenéé chez le véto afin de soigner sa plaie et le stériliser.
    Nous avons ensuite décidé de le garder avec nous.
    Les débuts n’ont pas été faciles, mais il a fini par bien s’adpater, c’est un roi. Il dort dans le lit avec nous, il mange à sa faim et surtout il a toutes les caresses qu’il veut.
    Malheureusement depuis le début nous ne pouvons pas le caresser sur le bas du dos, il miaule comme s’il avait mal.
    Nous avons dû lui faire arracher 4 dents car il faisait gengivites sur gengivites et malheureusement le véto lors de l’arrachage des dents l’a testé pour le fivh et il est positif. Grande tristesse.
    Cependant pour l’instant sa maladie ne se développe pas trop et il vit normalement. Ce qui me pose souci c’est qu’il se lèche sans arrêt et surtout il s’arrache les poils. J’ai tout tenté, le diffuseur feliway, les jeux avec lui, mais rien n’y fait. Le véto m’a dit que c’était probablement le stress mais je ne sais pas pourquoi. Il est tout seul à la maison, pas d’enfants pour l’embêter. Ensuite j’ai remarqué qu’il avait des pellicules sur le bas du dos. Je suis donc retourné chez le véto qui m’a dit d’essayer du douxo. Mais ça n’a pas été très efficace.
    Serait-ce possible qu’il s’agisse de l’hyperesthésie féline ? Car il a ces douleurs sur le dos et quand on le caresse il lève la tête pour qu’on le gratte comme si ça le démangait. Je précise qu’il n’a pas de puces ni vers, nous le traitons régulièrement avec mibemax et stronghold.

    J’espère avoir été suffisamment explicite et que vous pourrez m’aider car vraiment je ne sais plus quoi faire. J’ai de la peine de le voir se mutiler comme ça.

    Merci.


  3. Mon chat Hibiscus, un British Shorthair, a souffert de ce syndrome alors qu’il était encore un chaton. Heureusement à cette époque était sorti cet excellent livre de Joel Dehasse, « Tout sur la psychologie du chat » (http://books.google.fr/books/about/Tout_sur_la_psychologie_du_chat.html?hl=fr&id=DeooEmmIxcQC) et j’ai pu déterminer moi-même de quoi il s’agissait. Je me suis alors rendue chez une vétérinaire spécialisée dans les troubles du comportement des animaux de compagnie à Bruxelles, Dominique Ranson-Cock. Visiblement elle connaissait très bien le problème et m’a prescrit un traitement comportant un léger calmant homéopathique que je devais administrer à Hibiscus chaque fois qu’il commençait une de ses crises, qui s’avéraient extrêmement difficiles à vivre car il vit en appartement et courait partout, hagard, renversant tout sur son passage. L’idée du traitement était d’apprendre à Hibiscus à se contrôler tout seul car il détestait prendre le calmant (il faut dire que ne parvenant pas à lui faire prendre la gellule dissimulée dans sa nourriture, il fallait que j’en verse le contenu dans une petite cuillère que je lui faisais ingurgiter, le goût n’était probablement pas agréable). Ce fut radical: en quelques semaines à peine Hibiscus avait parfaitement associé le début de ses crises avec l’administration de la mixture et apprit de lui-même à diminuer l’intensité de ses crises à un seuil totalement supportable. Il suffisait que je dise: « Hibiscus ! » sur un certain ton – qui précédait invariablement l’administration de son calmant – pour qu’il se calme instantanément. Depuis – cela fait près de cinq ans maintenant – je n’ai plus eu le moindre problème. Le trouble est toujours là – discernable au fait que la peau lui roule de temps en temps sur le dos et qu’il ne parvient pas trop à contrôler les battements de sa queue – mais il ne gêne plus personne, en particulier lui-même. Hibiscus est désormais un chat correspondant aux traits de caractère de sa race, placide et ronronnant, avec juste un petit zeste de sauvagerie en plus. Il joue, ronronne, voyage beaucoup avec moi et vit sa vie de chat en toute majesté. C’est un séducteur patenté et il suscite l’inspiration d’amis artistes de passage chez moi. Bref Hibiscus est unique et cela me convient parfaitement.


  4. Bonjour, j’ai actuellement un chaton qui vient tout juste à commencé à avoir les mêmes symptômes! Mais ça la commencé suite à une visite chez le vétérinaire car il boitait à la patte arrière. Je pensais qu’elle était brisée ou quelque chose. Mais rien. À mon retour, mon petit Kimo s’est mis à faire tout se que vous décrivez et il n’arrête plus depuis. Mais pensez vous que sa patte et son comportement est relié?

    Merci beaucoup!


  5. bonjour
    il existe des nouveaux therapeutes pour soigner les peurs de nos animaux
    ils utilisent l’EMDR qui marchent trés bien sur les humains
    Cela permet de faire un travail de digestion des peurs, de desensibiliser l’animal et de lui permettre de se reconstruire positivement


  6. Bonjour a tous,
    je voudrais vous parler de mon expérience avec hyperesthesie. Je suis de Slovaquie, excuser alors mon francais pas trop élegant. Il est triste et horrible de voir son chat souffrant.
    Ma petite Paloma(2 ans) était toujours un peu nerveuse, depuis que je l´avais amenée du refuge. Stressée des visites dans mon appartement, elle ne sortais de ses abris que quand je suis venue seule a la maison. A part ca, elle est tres caline – la plus caline de mes 3 chats. Il y a quatre mois, j´ai remarqué pour la premiere fois des plaies sur son visage et cou. Il y a a peu pres un mois, les symptomes tels que lechage frenetique, spasmes et roulement de la peau, courses ont commencé … apres une crise terrible il y a 2 semaines, j´ai queté sur internet et j´ai compris qu´il s´agit de l´hyperesthesie…j´étais desespérée. Je lisais des articles, blogs. J´ai tout-de-suite arrangé la rencontre avec mon vet. La théorie que le chat montre par ses symptomes qu´il a un probleme interne grave, me paraissait digne de foi. Je Vous conseille de laisser vos chats examiner profondément pour éliminer un probleme interne sérieux. Beaucoup de chats dont j´avais lu, avaient de graves maladies et l´hyperesthesie n´était que leur dernier cri pour se procurer l´attention.
    Dans les articles, on a aussi parlé beaucoup des facteurs stress qu´on devrait éliminer. J´ai analysé les activités de Palomka. Une des choses qui ont changé était qu´elle a commencé de se cacher sous la couverture de mon lit. Avant, elle ne le faisais pas. Je refléchissais sur ses abris. Je me suis rendu compte du fait que l´armoire ou jadis elle se cachais souvent était fermé depuis longtemps. Je l´ai tout-de suite réouverte.
    L´effet était presque immédiat. Le jour apres quand je suis revenue du travail, je n´avais trouvé aucune trace de sa présence sous la couverture. Et elle est sortie de l´armoire, elle y dormais. Et elle n´est plus revenue sous la couverture. De jour en jour elle est devenue beaucoup plus calme. Avant, elle était si stressé qu´elle ne voulais ni sortir de son abri dans le lit..ni pour manger. Maintenant, elle est presque tout-a-fait a l´aise, elle ne fuis plus quand on s´approche d´elle.
    Ca fait une semaine et demi que je l´observe, j´ai meme annulé la visite chez vetérinaire pour ne pas la stresser et pour lui donner encore du temps. Je la caresse beaucoup, je lui parle pour l´encourager… Les plaies sont toujours présentes, mais elle se gratte que de temps en temps. Le léchage excessif apparait parfois, mais je ressens que tout va mieux.
    Ma petite Palomka n´avait pas eu depuis tres longtemps la possibilité de se cacher, de se reposer de maniere a laquelle elle était habituée …les autres abris ne lui convenaient pas….petit a petit elle est devenue nerveuse, stressée, a perdu son calme intérieur…
    Je sais qu´il y a des chats qui ont besoin de hauteurs…d´etre en haut – sous le plafond pour observer, se reposer…il y a des chats qui aiment se cacher… le chat n´a pas la possibilité de changer d´appartement..de milieu…il ne sait pas se débrouiller s´il a probleme avec….il est totalement dépendant de nous…son bonheur est que dans nos mains. Maintenant, je suis énormement heureuse de la voir contente…je souhaite ca a Vous tous…de trouver ou est le probleme… caché derriere l´hyperesthesie.
    Si Vous pensez que je pourrais Vous aider ou si Vous voudriez me poser des questions, n´hesitez pas a m´écrire.
    Bonne courage.


  7. bonjour,

    jeudi 04 juin 2015 restera gravé a jamais dans nos vies… « Ti minou » européen croisé siamois est sur la table du salon et d’un coup, saute sur sa queue, la peau du dos ondule, il se met a tourner sur lui pour attraper cette queue ! il fait le tour de la maison en folie mais chat très joueur, nous ne pensons qu’a une puce, nous traitons avec frontline mais il continue a sauter sur cette queue, moi je dis ‘ » la puce s ‘est refugiée au bout de la queue …. dans la soirée, le chat est couchée sur le dos sur le lit entre mon mari et moi, les 2 autres minous sont a proximité, tout le monde dort du sommeil du juste jusqu’à un feulement terrible, qui bien évidemment réveille tout ce petit monde, ti minou est de nouveau enragé après cette queue mais que faire a 3 h du matin ? c’est a ce moment la que nous avons pensé un problème de santé pour le minou..
    Le matin nous partons travailler a 7h15 et nous rentrons a 18h30 exceptionnellement ce soir …. le choc en ouvrant la porte de la maison ! il y avait du sang plein les murs, les sols, les meubles, les literies, bref partout ou ti minou est passé avec le bout de la queue en sang ! il nous attendait sur le palier devant la cuisine comme les 2 autres minous question d’habitude, le bout de la queue gouttait de sang …. mais il avait l’air bien et attendait « le 4h » (nos chats grignotent toute la journée car nous laissons a disposition croquettes et distri d’ eau fraiche et quand nous rentrons ainsi que le matin au lever, ils ont droit a des petits morceaux de viande fraiche (tout sauf porc et mouton agneau) nous l ‘achetons tous les jours pour le lendemain et c’est un rituel qu’ils apprécient…depuis que nous les avons. Nous avons Titus depuis 2006 bébé, ensuite pour éviter l’ennui car il est exclusivement chat d’intérieur, nous lui avons trouvé a la spa en 2010 une jolie minette que nous avons nommée « Copine » 4 couleurs, ancienne maltraitée et abandonnée, et puis mon fils nous a légué son chat en quittant le nid donc ce ti minou a 3 ans et a toujours vécu avec nous donc pas de déménagement ni de nouveaux arrivants félins, rien qui aurait favorisé un stress, ce chat est un adorable compagnon très joueur, nous l’avons fait opérer d’un entrepion sur les 2 yeux en 2013. Pas de ^problème de santé et a jour dans leur vaccins (même si aucun ne sort seul, ils sortent en harnais dans notre parc dès les beaux jours et ce jusque début novembre.
    Tout ceci pour que vous ayez une idée de leur vie à la maison, ces 3 chats, nous y tenons comme si c’étaient nos enfants donc jamais une baffe, nos connaissances disent que nous habitons chez les chats… c ‘est dire leur vie… Le fait de toujours les avoir auprès de nous fait que nous les observons beaucoup et nous savons ce dont ils ont besoin et ce qu’ils nous disent avec leur langage  » chat  »
    Le vendredi soir après le choc du sang partout a à la maison, nous sommes allés chez leur véto mais rien n’a changé malgré les médocs ( zylkene 75mg anti dépresseur et meloxidyl (anti douleurs) et l’inévitable collerette de grande taille( bien évidemment).
    Le chat avait un peu de température le véto lui a fait une injection d’anti inflammatoire et une injection anti biotique longue action a renouveler dans 15 jours…Depuis aucune amélioration, tous les matins 2 anti dépresseurs et une dose anti douleurs le soir, mais les crises sont toujours la, j’ai essayé d’enlever collerete samedi matin mais je lui ai vite remise car la première chose qu’il a faite c’est de s’en reprendre à sa queue !! Les crises reprennent plusieurs fois en journée et la nuit, je passe des nuits blanches a tapoter sur internet pour trouver le clic qui nous aidera a sauver Ti minou de cette saleté de crise, je suis tombée sur votre témoignage concernant Lolita ce samedi matin et grave a vous que je pense avoir mis un nom sur l’atteinte de notre matou d’amour, nous avons appelé notre véto qui a bien compris que nous ne mettions pas en doute ses compétences mais que nous cherchons nous aussi LA SOLUTION…. et surement pas l’ablation de sa queue car je pense qu’après ca sera l’ablations des pattes… Pour l’instant c’est juste la queue qui fait office de souffre douleur, lundi matin nous allons chercher l’ordonnance de ces médicaments qui ont permis a Lolita de vivre au mieux sa vie de chat même si c’est traitement à vie c est toujours mieux que voir son animal souffrir le martyre, j’ai aussi trouvé sur internet un véto spécialiste de l’hyperesthésie féline que nous consulterons jusqu’à Bruxelles si besoin est il a l’air de bien connaitre cette maladie) Notre chance a ce niveau, c’est que nous sommes lorrains et donc proches de la Belgique…nous ferons tout pour soulager Ti minou et si vous avez des infos n’hésitez pas a m’en faire part, je ferais la même chose…Merci d’avoir pris le temps de me lire (un vrai journal) et en tout cas c’est grâce a vos infos que nous eu une idée du problème de STicky ti minou
    Bien cordialement voila mon mail si besoin vouisous @Hotmail.fr


    • je viens de prendre rv avec le veto belge Ranson Cock et j ai reussi a obtenir neurontin avec ma véto française, je veux essayer ce traitement avant rendez vous car je ne supporte pas de voir mon chat souffrir et en plus supporter cette collerette de m…..


      • bonjour,

        je me suis promis d’aider ce site a vivre si Sticky allait mieux et bien j’ai le plaisir de vous le dire a tous, Mon ti minou n’a pas fait de crise hier et ce matin, il est a coté de moi a moitié ensommeillé et très calme, j’ai adapté le traitement a deux demi gélules par jour, et ca marche, ce week end, je ne bouge pas de la maison et je vais enlever la collerette car je pourrais surveiller si il me fait une crise..
        J’ ai aussi rendez vous avec le Doc Ranson Cock a Bruxelles le 6 juillet, je lui donnerais le bonjour de Hibiscus et de Lolita ….Je me sens mieux vis a vis de cette maladie grâce a ce site et il est important de partager nos expériences.
        Concernant le degré d atteinte de Ti minou je sais que j’ai été hyper réactive car la première crise a eu lieu le 4 juin et le 5 il était chez véto, le 6 je tombais sur ce site et vos témoignages, j’ai tanné mon véto pour avoir une préscription de neurontin et j’ ai débuté le traitement ce lundi et depuis jeudi 11 jusqu’à ce matin 7h 15, il n’a pas fait de crises pour la première fois de cette semaine ! Imaginez ma joie ! je reviendrais sur le site ce week end pour vous tenir informé de la suite …. a bientôt de vous lire


  8. Bonjour, je suis la propriétaire d’Hibiscus, déjà intervenue sur ce forum et réponds à BD Mumu. Quelques nouvelles d’Hibiscus: il se porte toujours comme un charme et vit toujours avec son trouble (peau qui roule, queue baladeuse) sans que cela lui cause l’ombre d’un souci. Il a fêté ses dix ans l’année dernière et est toujours un bourreau des coeurs intégral, faisant la conquête de tout humain s’approchant à moins de dix mètres. Si vous voyez Mme Ranson-Cock, parlez-lui d’Hibiscus – qui est toujours son patient et qu’elle voit tous les ans pour ses vaccins – car je pense qu’elle l’aime bien elle aussi. J’espère qu’elle pourra vous aider aussi bien qu’elle a pu le faire pour mon Hibiscus. Bien sûr j’ai compris que ce trouble comporte divers niveaux de gravité et je ne sais pas quel est le niveau de celui de votre chat par rapport à votre chat mais, en tout cas, elle vous sera certainement de bon conseil…


  9. Je voulais écrire: « (…) le niveau de celui de votre chat par rapport au mien… ». Mais vous l’aurez compris 😉


    • désolée, je vous ai répondu mais j ‘ai cliké au dessus de vous, vous me direz si vous m’avez lu


  10. Bonjour,
    Depuis quelques semaines mon Cooki, 2 ans, a commencé a tourner en rond et feuler après sa queue.
    Un soir en rentrant j’ai vu que sa pupille gauche était dilatée.
    Dès le lendemain matin, nous l’avons emmené chez le véto qui lui a fait une piqure d’anti-inflammatoires et mis sous metacam. Pour lui ce serait un prurit. Sa piqure l’a bien soulagée car pas de crises pendant environ 48h car ça a recommencé mais 4 jours plus tard il s’était mis à sang tout le bout de la queue.
    Retour chez le véto, il nous a alors dit que c’était neurologique. Il lui a refait une piqure d’anti-inflammatoires et il doit prendre 1 dermipred le matin ainsi que du clavaseptin 1 matin 1 soir. Il doit également prendre 1 gélule matin et 1 soir de neurontin 20 mg(gavapentine), le tout pendant 10 jours.
    5 jours plus tard, Il continue toujours ses crises mais peut être un tout petit peu moins fort et il a repris gout a jouer. Si le neurontin ne fait pas effet il m’a parlé d’amputation de la queue !!! mais est-ce que ca va bien résoudre le problème ? car après ne va-t-il pas s’en prendre à autre chose ? une de ses pattes ?
    Je suis inquiète car j’ai vu 2 vétos différents et je n’ai pas du tout l’impression que la détresse de Cooki et la mienne les préoccupe. Je me sens impuissante.
    Au bout de combien de temps le neurontin a-t-il fait effet pour vos animaux ? je ne sais plus quoi faire. Je suis du 37 (Indre et Loire). Merci d’avance.



Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s